Un petit coin de nostalgie : la lessive de 15 jours

13la lessive de 15jours

Je ne peux pas m’en empêcher, je reviens encore en arrière pour vous narrer un des épisodes de la jeunesse de mes enfants qui sont à présent bien grands.

Les fêtes d’unité scoutes nous faisaient toujours un peu peur. Nous trouvions que les chefs buvaient beaucoup, que les enfants se couchaient tard, que nous, les parents, en cette occasion (précise) éclusions également un peu, beaucoup, passionnément. Je ne suis pas certaine que nous étions de parfaits exemples de probité et d’élégance, du moins nous amusions-nous autant que nos mouflets…

Ces fêtes d’U,  comme on les appelle,  étaient donc l’occasion, une de plus,  de s’amuser mais en famille et d’assister, comme dans La vie est un long fleuve tranquille, au spectacle quasi improvisé que les chefs avaient préparé deux heures auparavant avec nos petits,  de faire revivre l’émerveillement des parents zémus devant le Jésus revient du curé à la guitare.  Nous nous retrouvions  à battre des mains et des pieds devant ces prestations inachevées, parfois tout à fait pitoyables, mais combien émouvantes à nos cœurs de beurre chiffonnés d’émotions.

Je ne me vanterai donc pas d’avoir moi-même tenu un court instant le rôle de Patrick Bouchitey. Portant perruque et vêtue d’une petite robe noire,  devant un parterre conquis d’avance  et à la grande honte de mes enfants, j’avais au préalable menacé de ma carabine quelques pères et mères tremblants pour faire le chœur derrière moi et en rythme s’il vous plait, sinon panpan cucul.

Cette chanson  m’assura succès et reconnaissance pour de nombreuses années. On en parle encore. Un des papas présents m’appelle toujours Édith. C’est donc en interprétant  sur l’air des Amants d’un jour la chanson d’Édith Piaf  que le chœur entonna illico, Berk, Berk, Berk, Berk, Berk, Berk. Pas la peine de lire plus loin si vous ne connaissez pas par cœur cet hymne à l’amour (maternel).

C’est la fin du camp, j’attends les enfants // Berk berk berk berk berk berk

J’les entends hurler au rassemblement // Berk berk berk berk berk berk

Pourtant  au bonheur de les retrouver// Berk berk berk berk berk berk

J’imagine déjà l’horreur des corvées// Berk berk berk berk berk berk

Ils sont arrivés les yeux émerveillés

Tout dépenaillés, sentant le débraillé

Les dents très jaunies et la mine défraîchie

Ils m’ont demandé

D’une voix excitée

On veut y r’tourner

Au camp de l’été

Et j’ai regardé

Très impressionnée

Leurs cheveux collants. Mais oui c’est gluant

Le short était bleu, il a pris un coup d’vieux

Les jambes crottées et les bottines crevées

Mon Dieu, qu’ils sont sales !

Mon Dieu, qu’ils sont sales !

Moi j’nettoie l’fourbi, j’en ai pour la nuit // Berk berk berk berk berk berk

Compter les affaires perdues en plein air // Berk berk berk berk berk berk

Et dans ce merdier qu’il faudra trier // Berk berk berk berk berk berk

Faudra faire des tas tout ça n’attend pas // Berk berk berk berk berk berk

Une chaussette cracra, tiens l’autre n’est pas là

Et un slip Ninja qui n’vient pas d’chez moi

Des draps dégueulasses, un sparadrap plein d’crasse

Un t-shirt boueux à l’état comateux

Du camp de l’été, faut les voir débarquer

Pendant, on s’inquiète. Après, on regrette

Il m’faudra trois jours pour tout faire sécher

Puis encore deux jours pour tout repasser

Et l’année prochaine, ils vont r’mettre ça

Mon Dieu que c’était sale !

Mon Dieu que c’était sale !

Publicités

A propos Anne de Louvain-la-Neuve

Anne d'un nulle part, ailleurs ici ou là, entre réel et imaginaire.
Cet article, publié dans Chroniques, Ecriture, Journal, Littérature, Nouvelles, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Un petit coin de nostalgie : la lessive de 15 jours

  1. Aaaaaaaaaaaaaaah!
    Merci, Anne, pour ce petit ballon d’air … fangeux.
    Oui, mes parents avaient l’habitude de laisser mon sac à dos dans le garage, le temps que le tout décante et que l’on puisse identifier ce qui était récupérable au détriment de ce qui était classé « sinistre total ».
    Mais, bon, tous les parents disaient, sans doute pour se rassurer: « Plus ils sont sâles, plus ils se sont amusés ».
    Alors, nos chefs, potaches mais pas cons, avaient à coeur de passer tout le monde à la boue, surtout ceux qui étaient encore « prop’ sur eux » – eh, oui, il y en avait -, pour rassurer les parents quant au bon amusement de leurs chérubins.
    Mais, oui, qu’est-ce qu’on s’est poilés à se battre dans la berdèlle (euh, un ou deux « l » à Berdèlle? Et quel accent? J’avoue y avoir été un peu au pif … – euh, combien de « f » à pif? -).
    Bises,
    Mw@

  2. Warf Erin était abonnée à la malle à Zorro !

  3. André Vandemeulebroecke dit :

    Je ris encore en lisant les paroles 😉

  4. bernadette.denis@telenet.be dit :

    Ca c’est toujours du vécu pour moi et maintenant l’autre qui s’y met alors que j’avais réussi pendant 18 ans à bien l’éduquer 😦

  5. On veut la version YouTube !

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s