Einstein, le sexe et moi, Olivier Liron

Autiste asperger, Olivier Liron nous livre ici quelques souvenirs qui ont un goût de brownie au chocolat avec la légère amertume qui sied au noir de noir ! Ce petit livre se déguste bref en bouche mais long au cœur.

Plaisir d’écrire, plaisir de lire, ping-pong où talent et humour se fondent dans un style unique, celui qui fait sa différence. Si vous avez lu Le bizarre incident du chien pendant la nuit de Mark Haddon, vous retrouvez cette particularité.

Olivier Liron relate point par point toutes les interventions de Julien Lepers et de ses concurrents dans l’émission Questions pour un champion, qu’il a remportée. Il se souvient de tout, de chacun des neuf points gagnants, du 4 à la suite et du face-à-face. Les réactions du présentateur,  de ses adversaires ou les siennes propres sont l’occasion de retrouver les sentiments et les émotions qui lui sont passés par la tête. Le physique de l’une qui lui fait penser à un potiron, les pleurs de celle-là face au score qui l’exclut de la partie, et parfois, il ne peut s’empêcher de dériver loin, très loin.

Avez-vous pratiqué la méditation ? On se concentre sur sa respiration et on accueille sans jugement les pensées qui arrivent, qui traversent, l’essentiel étant de revenir à ses moutons, c’est-à-dire au centre de soi-même. Olivier Liron fait la même chose. Quand une réponse fuse à la vitesse de l’éclair, bonne ou fausse, il reçoit ses impressions, des réminiscences, qui affleurent puis disparaissent pour en revenir à la concentration du jeu. Ainsi en va-t-il de sa vie d’élève martyr à l’époque publique ou de ses expériences sexuelles désastreuses.   Tout arrive, passe (et repasse comme le fer à 10 sous).  Ainsi règle-t-il l’air de rien certains comptes avec l’éducation nationale française et ce monde où la différence reste un handicap majeur et le mot « intégration » une définition dans le dictionnaire.

Le style de l’auteur est rapide comme l’est l’émission. Il y a du dynamisme, du suspense, du rythme. Le Dodo de Carnetsparesseux trouvait que mes derniers commentaires plongeaient dans le pessimisme d’histoires tristes. Rien de tel ici sauf à évoquer le sort de l’autisme dans ce grand pays démocratique plus dynamique pour restaurer ses monuments nationaux que pour se pencher sur le sort du handicap et de l’autisme en particulier. Mais qui suis-je pour juger, moi, l’étrangère ?

Publicités
Publié dans Critiques, Ecriture, Littérature, Livres | 15 commentaires

Eugenia, Lionel Duroy

Jassy, grosse ville roumaine comportant une importante communauté juive, est le cadre de vie d’une famille typique des années 30, un père et une mère commerçants, trois enfants. Eugenia a vingt ans en 1935 et 10 de plus quand le roman se termine. Son frère ainé, le charismatique et imposant Stefán, aime s’impliquer dans les grands débats de société et faire partager ses points de vue et ses idéaux, la Roumanie aux Roumains et les Juifs dehors, tandis que le cadet, introverti, timide et secret, lit de la poésie. Eugenia est étudiante en lettres. Lire la suite

Publié dans Critiques, Ecriture, Littérature, Livres | 6 commentaires

Trois filles d’Ève, Elif Shafak

Elif Shafak est Turque et militante des droits des femmes nous apprend la 4e de couverture (qu’en général, à part pour situer l’auteur(e), je ne lis pas.)  Alors, me direz-vous, pourquoi lire une critique de livre ? Susciter l’intérêt n’est pas dévoiler la moitié de l’histoire.  Enfin, je m’illusionne peut-être. Lire la suite

Publié dans Critiques, Ecriture, Littérature, Livres | 11 commentaires

Sarah Schmidt, Les sœurs de Fall River

Nous sommes dans le Massachussetts à la fin du 19e siècle dans une famille bourgeoise apparemment tranquille et sans histoire. Les différents chapitres de ce livre sont répartis entre les pensées des protagonistes du récit (les deux sœurs, la servante, l’oncle, un mauvais garçon) afin que nous puissions analyser les facettes psychologiques de leurs motivations. Ainsi, l’écrivaine tente-t-elle d’expliquer par la fiction ce fait divers sordide du 4 août 1892 en disséquant les dysfonctionnements familiaux qui pourraient expliquer le pourquoi et le comment des événements. Lire la suite

Publié dans Ecriture, Littérature, Livres | 7 commentaires

Gabriel Tallent, My absolute darling

Je n’écris mes avis sur les livres que s’ils me plaisent. Perdre mon temps à citer d’abord pour les démolir ensuite des auteurs et des histoires qui ne m’intéressent pas, je n’y vois justement ni bénéfice pour moi ni avantage pour mes charmant(e)s amis(e)s. Lire la suite

Publié dans Ecriture, Littérature, Livres | 11 commentaires

Jane Gardam, Les orphelins du Raj, La trilogie.

L’idée même d’une trilogie me fait frémir. Partager mon lit avec une foule de personnages dans des décors étrangers pour vivre des aventures qui ne seront jamais les miennes et ceci, pendant un temps certain, c’est excitant comme un premier rendez-vous de tous les possibles. C’est totalement délicieux et ça ne fait pas grossir.

Lire la suite

Publié dans Critiques, Ecriture, Littérature, Livres | 15 commentaires

Tracy Chevalier raconte…

Cette femme est une auteure, à n’en pas douter, terme qu’on affectionne au Québec et que je préfère à « autrice » bien-aimé en Suisse. Voilà donc en somme une conteuse qui sait raconter des histoires tout simplement et sans chichis, sans grand style mais pas sans style non plus. Douée d’une écriture efficace, Tracy Chevalier entraine le lecteur au rythme tranquille mais néanmoins soutenu de ses histoires où la grande a toujours son mot à dire. Lire la suite

Publié dans Critiques, Ecriture, Littérature, Livres | Tagué , | 18 commentaires

Le Chant pour celui qui désire vivre, Jorn Riel

Il en est des livres comme du reste, des films, des fêtes, des repas. Ils dépendent des circonstances de vie au moment de leur découverte, de l’âge aussi, des occupations de l’esprit et finalement oui, ils sont contextuels. Les livres, c’est comme les huîtres : trois scénarios sont possibles. Lire la suite

Publié dans Critiques, Ecriture, Littérature, Livres | 34 commentaires

Lecture de ce mois : Erri de Luca, La nature exposée

Voilà un auteur dont les livres se dévorent avec un plaisir sain, évident et une gourmandise sans la moindre calorie. C’est bien simple, on a l’air moins bête avec et après lui.

Lire la suite

Publié dans Chroniques, Critiques, Ecriture, Littérature, Livres | Tagué | 27 commentaires

Arrêt des articles de ce blog

Alors que Clémentine et moi sommes à la tête de la bonne conduite de l’agenda ironique, je vais me mal conduire.

Je quitte le navire plus vite que prévu. Je fais escale sur une île déplaisante, l’île de la désolation, qui n’a jamais aussi bien porté son nom. Lire la suite

Publié dans Ecriture | 42 commentaires