Les textes de l’agenda ironique de juin 2016

Et voici, voilà. Le concours du mois de l’agenda ironique de juin (dont les détails figurent ici) est lancé. Retrouvez ceux qui n’ont pas froid aux yeux ni au reste, rejoignez les dingues du hors-piste, brisez les carcans de l’ordinaire et du banal et sautez in petto dans l’inconnu d’esprits fols dingos, loufoques ou zinzins, sans parachute. Je vous le dis, ce titre d’agenda ironique est loin d’être usurpé. Pour l’instant, il y a quinze textes. Ajouterez-vous le vôtre ?

numérisation0005

L’illustration ci-dessus a inspiré….

Sur les chapeaux de roues, en avant-première, un récit qui plonge dans le bassin, et vient de débouler sur la blogosphère pour me secouer fortement le dentier. Sautez donc dans la piscine mais ne souillez pas la trainée hémoglobinesque et décapante de chez Jacou : il nous faut des indices sur la scène du crime !

Sur les talons de Jacou, Unepattedanslencrier nous pousse dans l’antre d’Hector grâce à une réunion quelque peu horri-bilante. C’est le privilège des reporters sans frontières de nous permettre ainsi d’entrer dans le saint des saints et d’assister (impuissants et terriblement sur nos gardes) à cette entrevue de clopinants zozoteurs et cannibales. Brrrr, j’en ai encore des frissons !

Célestine nous a concocté un petit texte ciselé et magnifiquement bienvenu. Elle rejoint l’agenda ironique en fanfare et c’est un grand honneur de lui accorder une place de choix parmi les crocodiles et les (heu… y pas beaucoup de mots en -ile), piles ? édiles ? agendophiles !

Le club machin réserve quelques surprises, ça on le sait. Outre le nombre de cocktails qu’on y ingurgite, il y a vraiment des compagnies à éviter et d’autres à fréquenter. Ainsi cette fille, oui, celle-là allongée sur son transat, elle va vous en raconter une bien bonne, je vous le dis et n’allez pas le répéter car ça ferait de la pub pour le club en question. Donc, la Grumots, elle nous arrache !


numérisation0020

Et pour la deuxième illustration ?

Vous ne savez rien de cette soirée, vous n’y étiez pas invités évidemment, vous voulez tout connaitre, lisez le compte-rendu de notre envoyée spéciale, Donatienne de Vertu qui ne recule devant rien de rien pour en savoir plus. C’est ici, chez Jacou.

Et la suite des turpitudes néo-classiques du Prince à l’esprit tordu, un Chèvrechou au meilleur de sa forme, et de ses acolytes de château fin de siècle,  toujours chez la même.

Il faut un jour visiter l’Ecosse, ses clans kiltés, ses whiskys et les spécialités totalement hors des sentiers battus à bride abattue  par une Jument verte au sommet de sa forme. Attention, ici l’ordinaire, on l’envoie au tapis.

Toujours en Ecosse, nous suivons également les aventures indépendantistes de deux clans perchés sur leur cranog. Ils font appel au célébrissime détective privé Sibelius, qu’on ne présente plus. C’est parti pour une xième aventure haletante chez Anne de Louvain-la-Neuve.

Quant à la Jo, rien ne l’arrête : elle a carrément pris les deux illustrations pour nous envoyer valdinguer à Golgothique, faubourg de Baldhoween dans les jardins d’Addam et Dave :  loin de toi, je me demande, à quoi notre vie ressemble … Surtout, employez le récit à bras le corps, oui, il est long, et alors, on ne s’ennuie pas une seule seconde surtout si vous aimez l’univers d’une famille complètement allumée dans les grandes largeurs…

Pas du tout hors concours malgré son hors-piste distingué, le dodo arrive à fond les manettes chez le libraire. Vous ne devinerez jamais, chère amie, en toute confidence et ne le répétez à personne, ce qu’il m’a raconté et ….LKdld kf dj fqsdjd….. et les horloges …..dksjf jzeruzeeziei….. , non, je ne peux pas vous le dire, il faut aller le lire. Donc, à bas les illustrations en fond de décor et vive la rébellion du temps et les rébelionistes !

Voici la dernière conférence du professeur Taurus qu’on ne présente plus, relatée ce jour par notre journaliste – reporter Martine l’Ecrevisse. Le cher professeur était tellement distrait qu’il en avait non seulement oublié le titre de sa conférence  mais aussi l’objet. Aussi, partait-il en cacahuètes ptérygotes dans son arbre généalogique entièrement percé de trous par d’affreuses bestioles aussi moches que les tailleurs de la reine Elizabeth. Il reste encore quelques places pour assister à sa conférence qu’il a remise dans le droit fil après avoir été semoncé sévèrement !

Laurence et ses crocodiles, c’est comme Martine à la plage, indispensable. La famille réunie dans cette campagne anglaise chez l’once Untel nous rappelle, mais oui, n’hésitons pas sur la quantité, l’auteur de la recherche d’un temps perdu en vague à l’âme et en souvenirs. Ah, nostalgie quand tu nous tiens…

Oh là là, il s’en passe des vertes et des pas mures du tout à Takalele-en-forêt noire ! Un peuple singulier avale des n’importe quoi pour nous en faire bâfrer à l’envi. Michèle la Belette, avec son imaginaire improbable survitaminé, nous conte un billet sucré salé à mettre en bouche longtemps et à avaler tout cru.

Et Jobougon dans tout ça ? Et bien,  la revoilà pour notre plus grande satisfaction.  Sa vision périphérique de la réalité nous introduit avec une science de l’extra-lucide que lui envient les trolls et les elfes dans une agence immobilière qui met vraiment en vente n’importe quoi sous prétexte qu’ils n’y voient aucun n’importe qui. Bref, du Jo pur jus en perception fun-oculaire !

Ah, Monesille… Que nous présente-t-elle en ce lieu étrange et pénétrant avec cette famille aux noms de fleurs pour le moins capiteuses ? Un Beatae Memoriae proustien qu’on salue bien bas en tirant son chapeau.

En dernière minute et sur la ligne d’arrivée, deux textes de Jobougon et d’Emilie.

Deux consignes pour le prix d’une, c’est donc ici chez Jo, jamais à court d’idées ni de ressources. Une petite dernière pour l’agenda ironique et un abécédaire.

Vous trouverez la grange en sortant de l’étable à droite. Tout au fond, deux vieilles qui causent du temps passé. Deux vieilles quoi ? Z’avez qu’à découvrir vous-mêmes, tiens donc. C’est chez Emilie.

Et puis voilà juillet, le premier jour des soldes, et en vitrine apparait le petit tailleur qu’on avait visé le mois d’avant, et que patchcath étale sous nos yeux. Allez, on entre, on va craquer…

 

Publicités

A propos Anne de Louvain-la-Neuve

Anne d'un nulle part, ailleurs ici ou là, entre réel et imaginaire.
Cet article, publié dans Chroniques, Des textes pour sourire, Ecriture, Littérature, Nouvelles, Petites histoires, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

46 commentaires pour Les textes de l’agenda ironique de juin 2016

  1. Ping : C’était à Saintes faubourg Berthonnière dans les jardins du Monard tout près de la place Blair – patchcath

  2. monesille dit :

    Voilà que Juin passé, a écrit, a tout lu, a tout commenté, a voté pfiou ! quel boulot l’ironie !
    Bisous très chère !

  3. Valentyne dit :

    Ce fut dur mais j’ai voté
    J’ai voté pour qu’il y aie un agenda en juillet (j’ai bon ? )
    Bisesss

  4. Leodamgan dit :

    Rien écrit mais ai voté!!!

  5. celestine dit :

    On peut voter pour plusieurs textes ? Ou un seul ?
    ¸¸.•*¨*• ☆

  6. jobougon dit :

    J’ai voté, haut et bas compris.

    Et pi j’ai râlé pask’on peut voter qu’une seule fois.
    Mes amitiés au SPECTRE d’Ursula Andress contre Dr No.
    D’autres choix pour l’été ici : http://www.paulette-magazine.com/fr/article/un-maillot-de-bain-de-star-de-cinema/5615

  7. martine dit :

    Mais c’est-y pas que Dame-de-Louvain-la-pas-si-vieille-que-ça a réussi à mijoter et à servir un tableau de vote !
    Ça alors ! Rien que pour cet exploit, je vote pour DDLLPSVQÇ. Comment ? y’a pas de case à cocher ? kacelanetienne, je vote quand même !

  8. lydia66 dit :

    C’était un mardi, faubourg du salon, dans son canapé… Poussée impérieusement par un mail loufoque tombant inopinément dans sa boîte mail, sous l’emprise d’un café, elle cliqua et vota !

  9. Ping : Dès à présent, vous pouvez voter… | Anne de Louvain-la-Neuve

  10. monesille dit :

    Et voili, et voilou, il suffit de trouver un peu de temps, une ou deux nuits blanches par-ci, un arrêt maladie par là !
    https://monesille.wordpress.com/2016/06/20/agenda-ironique-de-juin-beatae-memoriae/

  11. celestine dit :

    Merci beaucoup de m’avoir ajoutée à la liste des agendophiles…
    ¸¸.•*¨*• ☆

  12. martine dit :

    Madame Anne, marri que j’étais de n’avoir pas rempli le cahier des charges de ce mois Louvainesque, je me suis occupé à sparadrapé ma conférence pour qu’elle rentre dans les clous qui jamais ne piquent un fakir, alors que les puces… ne m’en parlez pas !
    Vous voudrez bien trouver – en bleu – mes ajoutures en espérant qu’elles ne feront pas taches.
    Que votre soirée soit douce, comme la laine des moutons.
    Professeur Taurus

  13. Ping : C’était à Trucmuche, faubourg de Machin-Chose, dans les jardins de l’oncle Untel au fin fond de la campagne anglaise. – Palette d'expressions

  14. Ping : C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar | Carnets Paresseux

  15. Ping : La conférence juinguiène du Professeur Taurus – Écri'turbulente, c'est en écrivant qu'on devient écrevisse.

  16. jobougon dit :

    Anne, remets-moi ce mot en terrine tout de suite ou je brave la divine embellie, princesse de rêve, audacieuse elfe des bois, magnifique odalisque, zénitude de l’absolu, déesse totale que représente ce mot dans ton dictionnaire pour en faire des confettis ! Pourquoi ce mot me gratte autant le gras de la couenne ? 😀 😉
    J’ai tout d’même commandé un texte à mon inconscient, il travaille d’arrache neurones depuis deux nuits, sans relâche, et braverai monts et vos régurgitations mnésiques pour réussir à remporter le filet garni, c’est un gigot de crocodile je crois.

    • Bien chère amie, le mot est en carafe. Mais s’il vous plait, ne vous mettez pas dans des états d’insomnie tels que l’arrachage de quelques neurones s’imposerait derechef afin de pallier la submersion des filets garnis au pâté de croco. De grâce, préservez-vous.

  17. martine dit :

    Chère !
    Taurus a encore frappé, mais pas mademoiselle Dithyrambe, non ! Ce n’est pas son genre.
    Il a frappé à votre porte pour vous prévenir de sa dernière conférence. Constatant votre absence sur les bancs de l’amphithéâtre, il a eu l’extrême bienveillance de me communiquer le lien de la page sur laquelle vous pourrez découvrir ses délires, toquades et divagations…
    https://ecriturbulente.com/2016/06/16/la-conference-juinguiene-du-professeur-taurus/

    À très bientôt, chère amie !
    L’écrevisse

  18. Ping : Encore quelques jours pour rejoindre le défi de l’agenda ironique de juin 2016 | Anne de Louvain-la-Neuve

  19. Ping : Agenda ironique de juin 2016 | Anne de Louvain-la-Neuve

  20. jacou33 dit :

    Chère Anne, mon amie dévouée
    J’ai cru comprendre votre désir que je vous mette dans la confidence de mes aventures avec Chèvrechou. C’est chose faite, et je vous donne rendez-vous sur http://jacou33.wordpress.com/2016/06/04/agenda-ironique-en-juin-ter/
    Je vous envoie mes pensées les meilleures.
    Donatienne de Vertu

    • Ainsi fut fait : votre lien est en bonne place. Christolbaldine de Moutonrave.

      • jacou33 dit :

        Hum! C’est bien ce que je pensais! C’était bien la peine que je me décarcasse et démène afin d’apporter pleine satisfaction à votre demande laissée en commentaire en mon domaine bloguesque; souvenez-vous! vous quémandiez des détails croustillants de mon odysée; l’auriez-vous déjà oublié, tête de linotte? Ou bien, chaussez un peu mieux vos lorgnons, oui, oui, on fait la coquette, mais on y voit goutte sans lunettes.
        Préparez le thé pour le rendez-vous en juin ter, et non juin bis, ma niquedouille préférée.
        Sans rancune, très chère.
        Tout de même, un peu de tenue, voyons!!!!

      • Bien chère Donatienne, vous trouverez proposition de rendez-vous en vos lieux. Mille mercis de votre réponse subséquentielle. Bien à vous.

  21. Valentyne dit :

    Coucou Anne
    Bon pour le moment j’ai une idée de texte mais il faut que je trouve la faille temporelle pour écrire
    🙂
    Bon weekend 🙂

  22. jacou33 dit :

    Bonjour
    Voici, en exclusivité, pour l’agenda, les révélations d’une demoiselle de Vertu à découvrir sur http://jacou33.wordpress;com/2016/06/03/agenda-ironique-de-juin-bis/

  23. jobougon dit :

    Je reviendrai lire ça au plus vite, s’il y a du sang, il me sera nécessaire de me préparer à sa vue afin que mon œil ne tourne pas.
    Mes hommages au passage à notre animatrice du mois, pour ne pas vous citer, la personne de vous-même, très chère Anne.

    • Chère amie des crocodiles, je ramasse à la pelle vos fleurs décoratives et vous renvoie un bouquet et pas à l’insu de mon plein gré.

    • jobougon dit :

      J’en prendrai grand soin, elles sont en plastique pas Bertrand pour un kopeck et feront du plus bel effet sur le Buffet bouquet de roses peint en 1984 par qui vous savez.
      Sinon, pour histoire de dire sur la famille des allumés, je me demandais ce que ça ferait dans les grandes longueurs et révisais sur le brevet de l’agenda ici et à cet endroit : https://annedenisdelln.wordpress.com/2016/05/24/agenda-ironique-de-juin-2016/
      qu’il reste neuf grands jours encore pour écrire un truc en grande diagonale, voire en angle droit, ou même au carré de l’hypothénuse, C’est-à-dire jusqu’au 24 inculte. Deux fois deux, trois… Trois fois cinq, vingt. Je vais voir ce que je peux faire pour arrondir un deuxième angle de tir chez les tordus de la moelle.
      Et ne saurais trop vous remercier de votre plein gré ou de force.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s