Beauchemin (J. F.), Le jour des corneilles

Un OVNI littéraire à dévorer, les yeux écarquillés de stupéfaction, oscillant entre horreur et fascination.  Les mots permettent de survivre et de vivre pour raconter dans un langage hors normes, sans balises, créé de toutes pièces cette histoire sans nulle autre pareille. SECOUANT et remarquable !

Publicités

3 commentaires pour Beauchemin (J. F.), Le jour des corneilles

  1. Valentyne dit :

    Horreur et fascination : très juste 🙂

    J'aime

  2. jobougon dit :

    Après recherches autour de ce livre sur internet, il semblerait bien que l’histoire et le style de l’auteur soient hors du commun, mettre en évidence l’ignorance d’un enfant qui lui a permis de survivre à l’insupportable voire même d’en sublimer le vécu. La lecture doit être parfois de l’ordre de la torture, poser un regard sur l’horreur ne laisse pas indemne. les témoignages sont clairs, lire ce livre marque le lecteur à jamais.
    Il semblerait que l’origine de ces enchaînements de vie soit mise en lumière à la fin. Et puis le regard du juge qui en recueille le témoignage, voila de quoi entrouvrir des brèches dans l’inconscient du lecteur. Quand il n’y a pas de repères, il n’y a pas de repaire. Il fallait au moins un juge pour en juger.
    Je garde les références de ce livre sous le coude.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s