Les aventures d’Alfred

éloignez-vous
Quel temps superbe ce matin, une fois n’est pas coutume ! Le soleil sue ses vapeurs incandescentes sur la route de Vieusart où ma voiture vient de s’engager dans un tournant parfait pour se retrouver capot aux fesses d’un petit Jack Russel, Ferrari Testarossa en mouvement. C’est beau à voir.

Je le dépasse et m’arrête un peu plus loin. Car enfin, il n’y a qu’une allée d’arbres sans maison dans ce coin. Où va-t-il ainsi ventre à terre sur ces si rapides et minuscules guiboles ? Un tracteur arrive en sens inverse et, gesticulant comme une femme ivre, je lui intime en langue des signes de ralentir si c’est encore possible alors que derrière lui, se pointe une voiture lancée à fond de baballe. Je fonce vers l’animalcule qui stoppe immédiatement sa course de dératé. Il me regarde, incline la tête, et je l’invite poliment à monter dans mon carrosse in petto. Ainsi à l’abri des prédateurs motorisés de tous ordres, nous pouvons causer yeux à yeux. Pas farouche pour un euro, il s’installe par terre à mes pieds. Il n’est pas même essoufflé contrairement à moi que ce peu d’exercice a mis sur les rotules. Excuse-moi lui dis-je, puisque tu n’as rien contre, je vais à mon rendez-vous de kiné mais franchement, qu’est-ce que je vais faire de toi, hein ? Rufus n’apprécierait pas du tout l’arrivée d’un adversaire dans le cœur et le territoire de sa maitresse chérie.
Je me gare donc sur le parking et me pose ces rudimentaires questions : est-ce que je le laisse dans le coffre de l’auto ? Mais que peut-il arriver sous l’effet de la chaleur à lui comme à mes sièges arrière ? L’attachai-je au-dehors avec une ficelle ? Mais où trouver ladite ficelle dans un cabinet de kiné ? Ces dames qui sortent de leur séance d’aquagym m’inondent de bons conseils après les « ho ! » d’usage et les « qu’il est mignon, c’est à vous ? » de circonstance. Et ma kiné qui n’aime pas les chiens, car « moi, je suis chats », accepte néanmoins sa cliente et son compagnon du jour. Gentiment, il s’allonge sous le bureau pour un petit roupillon réparateur et se met illico à ronfler comme un sonneur.

Après la séance, je décide alors de me rendre au refuge Sans Collier que je connais bien. Ils sont compétents pour examiner la bête à la recherche d’une puce d’identification. Ils pourront le recueillir, le nourrir en attendant de lui trouver de nouveaux maitres si tel est son triste sort de chien abandonné ou perdu.

Durant le court trajet qui va de Vieusart à Corbais, debout sur le siège avant, les pattes accrochées à la portière, sa petite tête tourne de gauche à droite suivant le paysage de ses grands yeux curieux, détaillant les voitures et les lieux de tous côtés. A l’approche du refuge, il devient soudain très nerveux, tentant même de s’échapper de la voiture. Il le sait, le bougre, la cavale est terminée !

Il s’appelle Alfred et vit au Château des de Dorlodot-Hardy de Beaulieu, d’après mon interlocutrice, et pas très loin de l’endroit où je l’ai « recueilli ». Il est connu comme le loup blanc au sang bleu dont il n’a pas les couleurs : ce n’est pas la première fois qu’il se fait enlever par le bon samaritain. Fugueur de première, coureur de jupons inépuisable et cavaleur de fond, c’est, parait-il, un infatigable joli cœur et un grand playboy malgré sa taille râblée. Placé sous la garde d’étudiants bien occupés, il s’est trouvé là un paradis pour aventurier débrouillard qui, entre les cinq à sept de convenance avec ses jolies partenaires, s’arrange des périodes de repos chez le tout-venant distingué ou pas.

Moralité : avec ou sans collier, on a plus de chance d’échapper à un triste sort quand on est mignon, gentil et bien élevé, même court sur pattes.

Publicités

A propos Anne de Louvain-la-Neuve

Anne d'un nulle part, ailleurs ici ou là, entre réel et imaginaire.
Cet article, publié dans Chroniques, Ecriture, Littérature, Nouvelles, Petites histoires, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Les aventures d’Alfred

  1. Astrid de LLN dit :

    Super chouette cette histoire, merci Anne!

  2. Sophie Etien dit :

    Merci pour ce petit moment de détente car comme d’habitude ton histoire est très agréable à lire !

  3. menesson dit :

    Mais mais comment sais tu qu’il s’appelle Alfred ????
    C’est vrai que ce sont des vraies bombes ces petits chiens là !…très attachants !

  4. Jo dit :

    ho ! c’est tout mignon

  5. Lolo dit :

    Ben oui, petit, mignon et gentil, ça ne se Rufus pas 😉

  6. Marie-Charlotte Decleve dit :

    Merci Anne, voilà une petite lecture qui m’a bien divertie et mise en forme pour la journée. Belle écriture aussi ! Amitiés ! Marie-Charlotte 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s