Des plaines du Far West aux néons de Wall Street

1.centre commercial

Il faudra que je m’y fasse. À Louvain-la-Neuve, le présent n’existe pas : tu es dans l’avant, tu tournes la tête et tu te téléportes dans l’après.

Jusqu’au 6 octobre 2005, ma bonne ville sauvage et vaguement crado-bohème représentait l’essence d’une certaine absence : point de tentations économiques superfétatoires. Juste quelques petits commerces minimalistes. Point de taxis en attente devant une gare débouchant exclusivement sur les piétonniers de la dalle.  Point n’était même besoin de voiture, un vélo suffisait qu’une cuisse ferme et un pied musclé comprimé dans une botte en caoutchouc propulsaient au travers des quelques rues pavées de la Scavée du Biereau à la place des Sciences. Tu descendais à fond de train la rue des Wallons pour rejoindre la Grand-Place  fonçant sur ta bécane millésimée après avoir ôté tes fourrures, même par moins dix, car on ne badine pas avec l’écologie militante ici. Une pure cité en majorité estudiantine, poussée d’un nulle part marécageux et venteux, telle était Louvain-la-Neuve, avec son lot de bobos, d’intellectuels de gauche, de baraquis de la Baraque et de cathos bienpensants et pratiquants suivis de leurs vingt-deux enfants, en bref, une faune de pionniers en symbiose dans un Far West défriché et pas totalement maitrisé.

Alors, l’entrée en scène de l’Esplanade, LE centre commercial en ce jour d’octobre 2005 après quelques années d’attente inquiète ou de refus catégorique, marqua les esprits, les corps, les habitudes et les mentalités.  Outre cette architecture très futuriste, de verre et d’acier, on croisait à présent des extraterrestres femelles : des pimprenelles emmitouflées dans de vraies fourrures, des maquillées très coiffées perchées sur talons et des moulées tapageuses en minisacs griffés. Oui, ici ! À leur côté, sous nos yeux éberlués, nous découvrions ce que les revues spécialisées nomment les métrosexuels chébrans, à la coupe nickélisée et aux lunettes Ray Ban !  Téléportés sur la planète Mars, un Poudlard de la quatrième dimension, une sorte d’univers parallèle, les Néo-Louvanistes découvraient soudain le vrai sens de leur préfixe.

Moi, j’aimais bien les parkings crasseux comme de vieilles habitudes honteuses avec leurs ascenseurs poussifs qui puaient la pisse abandonnée de nos guindailles et ma sarbacane et mon tambour. Mais j’ai craqué pour le slip tanga en lycra, 20 % de réduction, plus sexy que celui en peau de bison, le téléphone portable et la bouilloire électrique.

Ce début d’année 2014 ouvre sur l’éventration du terrain face à l’Esplanade pour 3000 emplacements de parking du futur RER, sur l’obsolescence programmée de notre parc à conteneurs qui fait tache. On a entériné et signé la disparition de notre vie de baroudeur. Tous les anciens petits commerces d’origine ont disparu à l’exception peut-être du Trusquin qui résiste encore et toujours à l’envahisseur.

Nous rentrons vraiment dans ce siècle que je tâte à tâtons : de nouveaux espaces, chics et très chers, implanteront des gens qui ne sont plus de mon monde. Je me dis, en me forçant, que c’est gai aussi de voir LLN grandir mais merde, je ne m’habitue pas aux parkings payants, ça non ! Plutôt crever que de débourser un cent pour y garer ma nouvelle petite voiture automatique. D’accord, je ne vais tout de même pas faire comme les vieux et seriner à tout bout de champ dans mon dentier un nostalgique « c’était l’bon temps ». Mais tout de même, il y a des limites à l’adaptation forcée !

Publicités

A propos Anne de Louvain-la-Neuve

Les textes et les illustrations (collages, dessins, photos) de ce blog dévoilent mon univers et mes espaces d'inspiration dont découlent des histoires réelles ou imaginaires.
Cet article, publié dans Chroniques, Ecriture, Littérature, Petites histoires, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Des plaines du Far West aux néons de Wall Street

  1. Colette Pauwelyn dit :

    Toujours superbes tes textes ! Une plume élégante et acérée qui va droit au but. Serai une lectrice assidue. Merci Anne.

  2. Astrid de LLN dit :

    tout à fait vraies tes réflexions…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s